Édito
Article mis en ligne le 5 juillet 2021

par Le Comité de la Régionale

Alors que le rapport de la commission des finances du Sénat pointe une fois de plus les problèmes de recrutement d’enseignants concernant notre discipline, certaines de ses recommandations rejoignent le cheval de bataille de nombre de syndicats : une revalorisation des carrières par une hausse de la rémunération des enseignants du premier et du second degré. À la double équation, augmenter le niveau en mathématiques de la formation initiale des futurs professeurs des écoles tout en promouvant les études mathématiques chez les jeunes, existe-t-il une solution ? Comment attirer plus d’élèves vers la spécialité maths au lycée général ou vers des filières techniques scientifiques tandis que ceux-là commencent à déserter la spécialité pourtant toute récente ? Avoir des enseignants bien dans leur métier et leur situation, offrir aux élèves un cadre d’études permettant la réussite de chacun, tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

La crise n’est sûrement pas seulement pécuniaire, la revalorisation du métier passe aussi dans les médias par la reconnaissance de celui-ci. Reconnaissance par le grand public, les familles mais surtout par l’institution, à l’heure du PPCR [1] où on attend longtemps pour voir une évolution de carrière. La question de l’attractivité de notre métier se pose aussi quant au sens de nos missions. Malheureusement, la manière dont a été organisé le Grand Oral dans certaines académies (Lille, Paris, Versailles ou Créteil) où les témoignages négatifs pleuvent, montre le manque de considération dont souffrent les collègues.

En définitive, la réforme du bac qui n’est d’ailleurs toujours pas achevée puisque le mode de calcul sera encore modifié l’année prochaine, tout comme le problème de recrutement posent frontalement une question, que signifie enseigner les mathématiques en 2021 ?

C’est justement un des grands chantiers lancé par notre association pour les prochains mois. Le bureau national propose une large enquête pour tenter de savoir ce que pense la profession aujourd’hui et ce qu’elle souhaiterait pour les années qui viennent. La parole sera donnée aux acteurs de terrain.

À la Régionale Île-de-France, nous croyons véritablement à la « pédagogie de projet », et à ce titre, notre concours « Fabrique tes maths », co-organisé avec l’IREM de Paris, offre la possibilité aux enseignants de s’emparer d’un projet sur l’année pour travailler les mathématiques dans d’autres cadres. L’édition 2021, même si elle a été perturbée par la situation sanitaire, a tout de même son palmarès et a laissé toute sa place à la manipulation en mathématiques. Dans ces Chantiers, notre collègue Claire Lommé, auteure du blog Pierre Carrée, nous en propose elle aussi plusieurs illustrations et en dévoile toute la richesse.

Pour faire vivre les mathématiques autrement dans vos classes et au delà, nous vous avons proposé au mois de juin de les faire à l’air libre. Exit la salle de classe, les élèves ont besoin d’une tablette, d’un mètre, d’une calculatrice et de quelques feuilles de papier pour réaliser un rallye mathématique. Concepteurs ou utilisateurs, Christian Mercat nous a expliqué comment utiliser la plateforme MathCityMap avec nos élèves.

Posons la question à M. Longuet : les enseignants de demain sauront-ils eux aussi relever le défi ? Courage aux futurs candidats du CAPES rénové avec la seconde épreuve écrite ! Comme nous l’explique notre collègue, Luca Agostino, l’épreuve exige des candidats un tel recul qu’elle donnerait des cheveux blancs à nombre d’enseignants expérimentés ! Pour le reste, la deuxième épreuve orale d’admission du futur CAPES n’est pas sans faire penser à la deuxième partie de l’épreuve du Grand Oral. Bilan des discussions et témoignages du dernier Comité National de l’APMEP au sujet de cette dernière épreuve : que note-t-on ? QUI note-t-on ? Et donc comment évaluer cette épreuve justement et surtout de façon égalitaire sur tout le territoire ? Candide, le personnage et qualificatif en vogue dans l’Education nationale, prof de mathématiques et jury pendant une semaine d’oraux d’HGGSP [2] et de philosophie aurait peut-être la réponse.

Allez, gardons le sourire et profitons de la pause estivale pour revenir en forme à la rentrée. Et optimistes.

Bonnes vacances à tous !

article suivant



retour au sommaire

Les chantiers de pédagogie mathématique n°189 juillet 2021
La Régionale Île-de-France APMEP, 26 rue Duméril, 75013 PARIS