Missive à un collègue
Article mis en ligne le 31 mars 2020
dernière modification le 26 mars 2020

par Michel Suquet

Bonjour Philippe,

Comment vas-tu ? Es-tu bien confiné dans ton collège ou chez toi ? Comment cela se passe-t-il ?

Nous, on bosse comme des petits fous, confinés, à préparer le travail pour nos élèves ! Là, je commence à voir un peu le jour (façon de dire car la nuit est tombée). Et voilà que je me dis qu’il faut que je t’envoie enfin quelques mots, j’y pensais bien depuis le début mais le temps manque parfois à tout mener de front, y compris les tâches quotidiennes : repas, courses, lectures, appels téléphoniques dans la famille, écouter la radio (France Inter) avec un service public qui assure, pas mal d’interviews, de réflexions, jardiner…

Et, par rapport à d’autres collègues, je n’ai pas à gérer aussi les enfants ; mes trois enfants ont maintenant fini leurs études et ont commencé à travailler. L’une à Lyon, un autre à Leyden et la dernière à Barcelone.

Finalement, l’organisation que j’ai proposée à mes élèves, dès le vendredi quand on a su que les écoles seraient fermées, a été très simple à adapter à la situation car avec la méthode que j’expérimente depuis 3 ans maintenant, mes élèves étaient habitués à travailler à l’aide de plans de travail, à faire des exercices à leurs rythme, à consulter les corrigés. Ainsi, vendredi, j’ai pu tout leur expliquer, ce que j’attendais d’eux, et leurs distribuer quelques documents pour qu’ils puissent travailler en cas de problème imprévu, sait-on jamais, lors de la première semaine.

Le week-end j’ai ensuite juste complété le cahier de texte en ligne, mais avec plus de détails que d’habitude car tout ce qui est improvisé pendant les séances, il fallait le rédiger pour aider au maximum les élèves à se débrouiller sans que je puisse les aider comme on le fait tous habituellement.

Et patatras, lundi, vers 9h, tous les élèves sont arrivés en cars virtuels, accompagnés de leurs 2 parents, pour pénétrer dans l’ENT. Cependant, il n’y avait pas que ceux du collège Jean-Monnet à Briis-sous-Forges, toute l’Essonne s’était donnée rendez-vous devant l’ENT !

Quelques-uns ont réussi à pénétrer mais voilà, résultat, tout le monde s’est retrouvé vite fait enfermé dehors (à la distance réglementaire de 1 m entre chaque personne, bien entendu), y compris les profs qui étaient pourtant bien au chaud à l’intérieur ! L’ENT [1] venait de tomber en carafe ! Le problème imprévu (mais prévisible tout compte fait, comme si une telle situation ne s’était pas déjà produite dans toute la courte histoire des réseaux informatiques…) s’est produit. Pof.

Le grand embouteillage ! Bon, finalement, vers 17 h, tout le monde est tranquillement rentré chez soi et les profs ont pu à nouveau pénétrer dans l’ENT. Ouf !

Bien entendu il a fallu trouver une autre solution après deux jours de galères… Et cela a été, somme toute, très simple au final : utiliser le site du collège ! Yes ! Bon, il a fallu quand même modifier légèrement les pages existantes, créer une nouvelle colonne dans le tableau des documents, copier/coller tout le travail fait le week-end dans de nouveaux documents et tout mettre sur la page pour que les élèves puissent travailler dans de meilleures conditions. Voici ce que cela donne pour mes 3e par exemple :
Quel est le prochain chapitre en 3e ?

Mes collègues de maths qui ont l’habitude d’utiliser le site ont trouvé des solutions similaires, même si temporairement, au début, cela partait un peu dans tous les sens avec une multiplication d’articles pour tous les documents à déménager : quelques conseils et, hop, regroupement dans deux ou trois pages, pour obtenir une ossature plus lisible pour les élèves.
Cours pour les 5B et les 5D
Travail pour les 4E

Parallèlement à ce travail, il a fallu aider (via les messageries, professionnelles ou ENT) certains collègues quand des problèmes d’usages des moyens informatiques se sont présentés, parfois les mettre en garde contre l’appel des sirènes de l’utilisation de solutions externes à l’éducation nationale (pas facile, n’oublions pas qu’il a fallu attacher très solidement Ulysse pour qu’il ne succombe pas à la tentation !) en leur pointant le fait de l’illégalité de ces usages du point de vue des droits concernant les données personnelles, comme nous y oblige la loi avec le RGPD [2], à leur indiquer les solutions à leur disposition via l’Édu-Portail de notre académie. Bref, tu connais tout cela. Mais la plupart des collègues ne sont ni informés, ni formés à ces problématiques. J’ai d’ailleurs écrit un article qui mentionne ce sujet :
Le COVID-19 et la continuité pédagogique

Mais aussi diffuser des infos sur l’usage des maths pour comprendre l’évolution de la pandémie et le pourquoi des mesures de confinement prises :
Mathématiques et pandémie

Mais aussi envoyer des messages aux parents pour leurs expliquer la situation et les modifications du plan de bataille en cours de semaine, trouver comment joindre les parents qui n’avaient pas activé leurs comptes ENT (ouf, c’est enfin fait), envoyer des messages aux éditeurs quand on s’est aperçu que les manuels en ligne, soit disant consultables librement, ne l’étaient pas : il était demandé aux élèves de s’inscrire ! Comme si la protection des données personnelles était une "terra incognita" pour les éditeurs également.
Confiné, chez soi…

Sans compter mille autres plus ou moins petites choses dont je te passe les détails. Et des idées d’articles entre autres. J’espère que d’autres collègues ont pris des notes pour partager cette expérience : nous en aurons besoin pour l’après-covid-19.

Bref, comment vas-tu ?

Amitiés.

 

article suivant



retour au sommaire

Les Chantiers de Pédagogie Mathématique n°184 mars 2020
La Régionale Île-de-France APMEP, 26 rue Duméril, 75013 PARIS