Mathématiques et théâtre : la Cie Terraquée
Article mis en ligne le 7 avril 2021
dernière modification le 6 avril 2021

par François Perrin

Un théâtre de la connaissance

La Cie Terraquée est une compagnie de théâtre basée à Saint-Denis et codirigée par François Perrin et Meriem Zoghlami. Elle est spécialisée dans le Théâtre de la Connaissance et travaille notamment autour des mathématiques avec le labo Mathéâtre, fondé en 2013. Cette démarche est née de la double compétence de François Perrin, comédien et metteur en scène, mais aussi normalien et agrégé de mathématiques.

Au sein de ce labo, nous proposons :

Ces différents aspects de notre travail sont reliés : par exemple, nous proposons en ce moment des ateliers de recherche et de création autour de la mesure, accompagnés de résidences de l’équipe de notre prochain spectacle, Les arpenteurs.

 

Nos spectacles et leur utilisation pédagogique

Nous proposons aujourd’hui deux spectacles pour les scolaires :

  • Pi, le nombre à 2 lettres (toutes classes du collège et seconde)
     
    Plus que de $\pi$, ce spectacle parle avant tout de la notion de nombre. En effet, aux débuts du labo Mathéâtre, lors d’ateliers avec les jeunes et d’échanges avec des profs, nous nous sommes rendu compte qu’un élève, même bon, pouvait accomplir toute sa scolarité de la maternelle au bac scientifique, parler de fractions, de nombres décimaux, négatifs ou complexes, sans jamais se poser cette question : « qu’est-ce que c’est, un nombre ? ».
     
    Il s’agissait pour nous de trouver une transposition, une manière de parler de cela, et nous l’avons trouvé dans l’adolescence que traversent nos spectateurs collégiens et lycéens : un nombre, on ne sait pas ce que c’est, on ne sait pas à quoi ça sert, mais les nombres sont là et leur utilité dépasse ce qu’on attendait d’eux au départ : tous comme nos ados qui cherchent une identité, une place dans la société et découvrent souvent, ayant grandi, qu’ils ont trouvé depuis longtemps, sans s’en rendre compte, les réponses aux questions qu’ils se posaient … mais que maintenant, ce sont d’autres questions qui se posent !
     
    Notre héroïne est donc un jeune nombre qui doit faire ses papiers d’identité mathématique et qui a des problèmes car on se sait pas dans quelle case la mettre. Nous avons choisi l’histoire du nombre $\pi$, parce qu’il concentre pas mal des difficultés de la notion, étant, comme dirait le capitaine Haddock, « à la fois très simple et très compliqué » : propice à un récit sans fin !
  • Il est rond, mon ballon ? (cycle 3 voire cycle 4)
     
    Ce spectacle sur les polyèdres et la forme du ballon de foot a été construit comme un kaléidoscope, avec de nombreuses facettes qui permettent de voir les choses autrement, ou comme un cube magique qui réserve une nouvelle surprise en ouvrant chaque face.
     
    Deux « acteurs — conteurs » emmènent les spectateurs dans des variations autour des polygones, des polyèdres, du disque et de la sphère. Le principe de ce spectacle est que chacun y trouve son entrée : par l’histoire du football, par les diamants, par la rêverie, en faisant une machine à questions et à souvenirs.

 

L’exploitation pédagogique des spectacles

Ce que le théâtre fait très bien, c’est de poser des questions. Nos spectacles portent des contenus mathématiques, et on peut bien sûr les exploiter directement en reprenant une scène pour expliquer une partie d’un cours de maths. Ainsi, on comprend en regardant nos spectacles que Pi ne rentre dans aucune des catégories de nombres connues des élèves (entiers, rationnels, décimaux) ; ou encore la différence entre un polygone et un polyèdre.

Mais ce qui est également intéressant, c’est justement de travailler sur ce que les élèves n’ont pas compris dans le spectacle ! C’est là, nous semble-t-il, que le spectacle a un vrai apport pédagogique : il permet de lever des lièvres qui n’apparaissent justement pas (ou peu, ou moins) en classe, parce que ce que le prof dit est censé être vrai, alors que les personnages se trompent, approximent, hésitent, reviennent sur leurs pas … et c’est cette vie qui permet de poser de nouvelles questions.

Ainsi, par exemple, dans des échanges après une représentation de Pi, le nombre à 2 lettres, avec des classes attentives, nous avons parfois cette question : « Pi dit d’abord qu’elle n’est pas égale à un nombre divisé par un autre, puis on la retrouve en divisant le périmètre par le diamètre. Comment ça se fait ? ». Matière pour le professeur à revenir :

  • sur l’« arnaque » présente dans le spectacle : en divisant le périmètre mesuré par le diamètre mesuré, on ne retrouve pas $\pi$, mais une valeur approchée ;
  • sur le fait que les divisions de nombres entiers donnent des développements décimaux périodiques ;
  • plus fondamentalement sur la notion de rapport, difficulté essentielle au collège .

 

Les ateliers Mathéâtre

Les ateliers Mathéâtre s’adressent à tous les niveaux scolaires. Ils sont animés par deux personnes : une comédienne ou metteuse en scène et une médiatrice scientifique (homme ou femme).

Les enfants se posent une question mathématique et l’explorent par la recherche et le jeu ; parallèlement, ils créent ou jouent une pièce de théâtre dans laquelle l’enjeu mathématique est central.

Ce travail n’est pas disjoint du processus de création. Les questions autour desquelles travaille notre équipe artistique sont les mêmes que celles sur lesquelles réfléchissent des ados à l’atelier Mathéâtre à St Denis, des lycéens de Gennevilliers, des collégiens de Tourcoing, des familles d’Aubervilliers …

Le travail de création et le travail d’atelier avec les publics se nourrissent mutuellement. La recherche des artistes permet de concevoir les ateliers avec les publics. Les idées, les envies, le plaisir des participants, mais aussi (surtout ?) leurs ratages et leurs difficultés nous fournissent la matière première pour le spectacle.

À titre d’exemple, voici le parcours pédagogique proposé autour des résidences de création de notre nouveau spectacle : Les arpenteurs (lors des saisons 2020 — 2021 et 2021 — 2022, au moins).

 

Les ateliers scientifiques

Nous proposons aux participants de découvrir le thème de la mesure à travers 3 types d’ateliers :

  • remue-méninges
    participants et intervenants se posent ensemble la question : « Qu’est-ce que c’est mesurer ? Qu’est-ce qu’on mesure ? Pourquoi on mesure ? ». C’est le point de départ d’une réflexion collective.
  • manipulations et expériences
    plusieurs ateliers pratiques permettent de découvrir les enjeux liés à notre thème : construire un étalon, mesurer une hauteur inaccessible, mesurer le temps … Nous organisons aussi des rencontres avec des scientifiques pour, par exemple, des expériences plus ambitieuses, comme la mesure de la vitesse de la lumière.
  • ateliers d’écriture
    une fois des problématiques scientifiques identifiées, on se pose la question de les raconter sous forme d’une histoire qui mette ces problématiques au cœur du récit.

 

Les ateliers de création

Les participants aux ateliers rencontrent notre équipe artistique, généralement sous forme de résidences de cinq jours. Nous travaillons avec eux dans deux directions :

  • le jeu de clown
    pour mettre en scène et en valeur l’échec, le ratage, qui sont les ingrédients essentiels à la fois de la compréhension du monde (si je réussis quelque chose, c’est que j’ai fini de le comprendre) et du jeu de clown (trouver tous les moyens de rater, même l’action la plus simple).
  • la mise en scène d’ « exploits » collectifs
    des numéros mettant en scène, soit la réalisation en direct et en vraie grandeur d’une mesure qui a l’air impossible, soit la représentation à échelle humaine d’un appareil ou d’un processus de mesure complexe (par exemple un GPS).

 

Conclusion

J’espère avoir donné un aperçu clair de la démarche de la cie Terraquée avec le labo Mathéâtre.

Je n’ai pas parlé du Festival Maths en ville : il a lieu tous les ans en octobre à Saint-Denis et s’adresse au grand public et aux scolaires).

Plus d’informations se trouvent sur nos sites : celui de notre compagnie et celui de notre festival ou à la demande, en utilisant notre messagerie ou notre n° de téléphone 06 41 12 96 13.

Des projets (spectacles, ateliers, résidences) sont possibles dans les établissements scolaires pour l’année scolaire à venir.

La Cie Terraquée est ou a été soutenue pour les actions dans les établissements scolaires par la région Île-de-France, les départements de la Seine-Saint-Denis et du Nord, les fondations Blaise Pascal et Jacques Hadamard. Pour les actions hors des établissements par l’état (politique de la ville et DDCS), la région Île-de-France, le département de la Seine-Saint-Denis et les villes de Saint-Denis, Saint-Ouen et Grigny, les fondations Vinci et SNCF.

La Cie Terraquée est agréée Jeunesse et éducation populaire. La demande d’agrément académique (Créteil) est en cours.

 

article suivant



retour au sommaire

Les chantiers de pédagogie mathématique n°188 avril 2021
La Régionale Île-de-France APMEP, 26 rue Duméril, 75013 PARIS