Bandeau
APMEP Île-de-France
de la maternelle à l’université

Site de la Régionale Apmep Île-de-France

logo article ou rubrique
Retour d’expérience : Concours Maths en Jeux en 6e au Collège Le Cèdre, Le Vésinet
Article mis en ligne le 2 octobre 2019
dernière modification le 1er octobre 2019

par Laurence Royer

Collège Le Cèdre, Le Vésinet

Nom du jeu : Sur les traces d’Arsène Lupin et notice du jeu

 

Conception du jeu

Ce jeu a été réalisé grâce à la collaboration de nombreuses personnes : les élèves de la 6e5 et leur professeur de mathématiques et leur professeur de français.

L’idée a été de jouer avec les codes secrets en les découvrant à travers un livre : « L’aiguille creuse » de Maurice Leblanc. Le jeu a ensuite été conçu en rapport avec le livre : au fil du jeu, d’une énigme à l’autre, d’un code à l’autre, on peut suivre le cours de l’histoire de Maurice Leblanc.

Nous avons choisi de nous inspirer d’un jeu existant : « Les mystères de Pékin ».

 

Utiliser des mathématiques

Dans ce jeu, les mathématiques sont utilisées à de multiples occasions.

Tout d’abord pour concevoir le jeu : il a fallu réfléchir à la notion de code secret, comment en créer, et se demander à chaque fois : est-il possible de déchiffrer le message facilement.

Les élèves ont ainsi fait un voyage dans le temps et ont découvert et calculé des fréquences.

Ensuite pour fabriquer le jeu : pour créer les codes secrets, les élèves ont caché des messages à l’aide de geogebra. Ils l’ont repéré à l’aide d’angles. Ils ont aussi calculé des mesures d’angles pour créer sur geogebra le fameux code « César » : ils ont obtenu un fichier permettant de faire tourner le disque virtuellement, et l’ont aussi décoré à la main.

Les élèves se sont repérés dans le carré de Polybe.

Puis pour rendre plus compliqué les codes, ils ont voulu se passer d’un ordre alphabétique et ont fait beaucoup d’opérations avec le chiffrage affine ; enfin voulant vaincre la méthode des fréquences, ils se sont repérés dans le carré de Vigenère.

Et ils ne comptent pas en rester là….


Pour fabriquer le jeu certains ont fait des prouesses en dessin et en peinture. Ils ont fabriqué leurs dés, en essayant qu’ils soient bien équilibrés, le dé a été lancé de nombreuses fois pour cela, ils sont arrivés à la conclusion que la fréquence d’apparition des chiffres devrait se rapprocher de $$$ \frac{1}{6}$$$. Ils ont aussi utilisé des patrons de pavés pour fabriquer leurs pions, et même la boîte à pions !

Pour décrypter, quelques accessoires créés par les 6e5 pour les 7 méthodes vues :

Et sous forme de fiches, les travaux effectués en cours de mathématiques pour comprendre et savoir crypter et décrypter les messages écrits sur les cartes.

 

article suivant



retour au sommaire

Les Chantiers de Pédagogie Mathématique n°182 octobre 2019
La Régionale Île-de-France APMEP, 26 rue Duméril, 75013 PARIS